Léon Zwingelstein

Le chemineau de la montagne.

Léon Zwingelstein est né à Rennes en 1899. En 1918, soldat, il est évacué du front, gazé.

 zwing sit

A son arrivée à Grenoble en septembre 1920, sa découverte de la montagne fut l’ascension de la Tête de la Maye, arrivé au sommet il tombe éperdument amoureux de l’Oisans. Ce sera son jardin secret, il en gravit pratiquement tous les sommets, de là, sa courte vie d’alpiniste commença, il y sacrifia tout.

Après de nombreuses courses en montagne, et aussi de brillantes premières, il partit faire le premier grand raid à ski du 1er février au 1er mai 1933.
Grenoble – Nice – Montgenèvre – Chamonix – Zermatt – Brigue– Saint-Moritz – Wiesbadernerhütte (autriche) – Brigue – Ginansalp – Traverée de l’Oberland – Retour de Brigue à Grenoble, par Chamonix.

Personnage modeste, effacé, avare de parole, mais d’une résistance physique exceptionnelle. Léon Zwingelstein, tombé au Pic de l’Olan avec son compagnon de cordée Pierre Martin-Morel, le 13 juillet 1934.

La concession de sa tombe au cimetière Saint-Roch de Grenoble étant échue notre association Coutumes et Traditions en Oisans, avec le C.A.F. Pays d’Oisans l’ont renouvelée pour 15 ans.
Ainsi ce sont deux associations de l’Oisans, qui contribueront à préserver la mémoire du grand alpiniste que fut Léon Zwingelstein.

 


carré 21 – 1er rang latéral n° 2049

A lire :
Carnets de route  Léon Zwingelstein  Editions Glénat
Le chemineau de la montagne : Jacques Dieterlen Editions Arthaud